Inès rejoint la Brigade FoodChéri

ines-foodcheri-commisInès, 22 ans, rejoint la Brigade FoodChéri pour notre plus grand plaisir !

Si elle a toujours adoré manger et cuisiner, Inès n’a pas un parcours traditionnel. Elle passe un Bac S avant de céder à l’appel des fourneaux et des restos. Elle s’installe deux ans à Londres où elle occupe des postes en cuisine mais aussi en salle dans plusieurs établissements.

De retour en France, elle devient apprenti chez Joël Robuchon à Monaco et étudie au lycée hôtelier de Nice durant 2 ans. Robuchon ? Une excellente formation où elle a travaillé sur différents postes, du room service au restaurant en passant par le resto snacking.

Mais sa formation la plus solide, elle la doit à sa maman qui lui a transmis l’amour des produits et des petits plats maison. Ce qu’elle préfère faire ? C’est un Maklouba qui se traduit littéralement par  » à l’envers « . Il s’agit d’un plat traditionnel originaire de la région du Levant, à base de riz et d’aubergines auxquels on peut ajouter de la viande d’agneau ou de poulet, des tomates, du chou-fleur et des pommes de terre. Il est cuit dans une marmite et retourné au dernier moment avant de le servir. Nous avons hâte qu’elle nous fasse découvrir ce plat.

Inès est aussi un bec sucré et adore les défis. Elle passera cette année en candidat libre son Cap pâtisserie… On attend avec impatience de goûter son moelleux au choco et ses macarons.

Inès aimerait, dasn quelques années, ouvrir son salon de thé ou son resto, ou peut-être les deux, qui sait ?

Si elle devait proposer un nouveau dessert pour FoodChéri, ce serait un cheesecake accompagné d’une réduction citron…

Le plat qu’elle préfère chez FoodChéri ? Le wok de nouilles soba saumon…

wok-soba

Zéro gâchis chez FoodChéri !

Chaque soir, nous vous livrons nos petits plats faits maison avec amour. Votre enthousiasme pour FoodChéri et notre croissance constante ne nous mettent pas à l’abri de compter quelques invendus certains soirs. Aucune barquette n’a jusqu’ici était abandonnée à son sort.

A chaque fin de service, chaque serveur déguste un plat. C’est comme cela qu’ils peuvent aisément vous renseigner sur ces derniers.

Au lancement de notre activité, nous avons pris contact avec plusieurs associations pour donner nos plats invendus. Ces organismes ont besoin d’un minimum de plats et d’une constance de don chaque jour. Nous ne pouvons malheureusement pas répondre à ces exigences.

Au mois d’octobre, nous avons apporté nos plats de la veille dans plusieurs startups pour discuter des solutions possibles et imaginables. MyJobCompany, Rudebaguette, Mention ou encore La Belle Assiette, ont donc, à coups de fourchettes, oeuvré à nos côtés dans notre lutte anti-gaspi.

Ils nous ont surtout aidé à réfléchir aux solutions envisageables : remettre en vente les plats de la veille, les vendre au déjeuner, baisser le tarif de nos plats passée une certaine heure…

Nous finissons rapidement notre réflexion et serions heureux d’avoir votre avis. Nous vous tenons bien sûr informés !

Vous êtes entre Sentier et Grands Boulevards et souhaitez qu’on en discute ensemble ? On vous offre le déj’ ! Ecrivez-nous !

myjobcompany-foodcheri- 0 gachis

rude-baguette-foodcheri - Zéro Gachis foodcheri-myjobcompany foodcheri-la-belle-assiette-zero gachis Mention- Zéro Gâchis

A la carte cette semaine|Du 26 octobre au 1er novembre

Lundi 26 octobre
Boeuf teriyaki, poelée de pommes de terre grenaille et courge butternut
Fusillis aux champignons d’Automne
Pana cotta caramel

boeuf-teriyaki

Mardi 27 Octobre
Emincé de poulet aux épices thaï, chou pak choy sauté et riz basmati
Blackened saumon, écrasé de pommes de terre et haricots verts
Tiramisu fruits rouges

saumon-haricots-ecrasePdt

Mercredi 28 octobre
BBQ Ribs, purée de patate douce, petits pois et maïs, corn bread
Curry vert de crevettes et riz basmati
Mousse de marrons

bbq-ribs-foodcheri-repas-livrecurry-vert-crevettes

Jeudi 29 octobre
Poulet yassa
Lasagnes pesto, pistaches, salade verte
Verrine fromage blanc 0%, poire caramel et crumble

lasagnes-pesto

Vendredi 30 octobre
Kefta de boeuf, quinoa aux herbes et poêlée orientale
Tataki (mi-cuit de saumon) nouilles chinoises et carottes
Mousse chocolat coco

tataki-de-thon

Dimanche 1er novembre
Butter chicken, carottes, champignons et riz
Pad thaï poulet
Brownie marbré cheesecake

butter-chicken-foodcheri

 

Bon appétit !

A la rencontre de notre chef Sébastien Agez

Début septembre, Sebastien Agez a rejoint la brigade de FoodChéri en tant que Chef de Cuisine – Welcome on board!

 

chef Sébastien Agez FoodCheri

Avec une expérience de près de 20 ans dans la restauration, Seb a cuisiné pour de nombreux restaurants. Une formation classique en France avec un apprentissage dans les cuisines de Hachette Fillipacchi Presse lui a appris le goût des bonnes choses et le travail des produits frais dans le but de les sublimer.

Un parcours américain

En 2004, il s’est envolé pour les Etats-Unis, tout d’abord à Washington DC puis à New-York, y répandant la cuisine française à merveille au sein des restaurants Montmartre, Montsouris, le café des Artistes ou encore Plein Sud.

Plus original, il a aussi officié dans les cuisines du département d’état pour y servir Hilary Clinton ou encore John Kerry… Il paraît qu’ils le regrettent encore depuis son retour en France !

Faisons connaissance avec ce Chef au profil atypique !

Comment en es-tu venu à devenir chef ?

Dès petit, en regardant ma grand-mère cuisiner puis plus tard à travers des émissions de télévision populaires telles que celles de Maïté ou Jean-Pierre Coffe, j’ai trouvé cela beau de pouvoir développer de telles saveurs à partir de simples produits que cela soit les légumes, viandes ou poissons. Ensuite, il a fallu s’accrocher, je n’avais aucune base et mes chefs d’apprentissage me trouvaient presque meilleur en salle !

A force de persévérance et en rencontrant les bonnes personnes, j’ai su que ce métier était pour moi. Le chef Emmanuel Lejeune chez Hachette m’a par exemple appris toutes les bases. Je lui en suis plus que reconnaissant parce que je les utilise toujours au jour le jour pour créer des recettes allant chercher des arômes plus élaborés.

Dans quel restaurant as-tu le plus appris ?

Probablement auprès de Stéphane Lezla au restaurant Montmartre à Washington DC. Depuis 2001, Stéphane a réussi à créer un bistrot français dans le plus beau sens. Le travail des produits frais et de saison, le respect du goût des aliments. On ne parlait pas encore de bistronomie à l’époque mais cela s’en rapproche très fortement. Un plaisir au jour le jour.
C’est aussi une cuisine dans laquelle j’ai beaucoup appris en termes de management puisqu’il y avait sans cesse une ambiance détendue tout en recherchant la perfection et la consistance dans notre travail.

Pour qui préfères-tu cuisiner ?

Honnêtement, aucune préférence. Que cela soit Hilary Clinton ou son employé, je cherche à ce que tout le monde soit heureux de déguster ce que je lui ai préparé. Tous mes clients sont des VIP quand je suis en cuisine.

Quel est ton plat préféré ?

Le steak tartare – sans ketchup –  qui permet de sublimer le boeuf. Une vraie ode au produit.

Quel est le plat que tu aurais rêvé inventer ?

Le prochain 😉 ?

Plus sérieusement, la tarte tatin. Découvrir une telle recette à partir d’une erreur, cela aurait pu m’arriver !

Pourquoi avoir choisi FoodChéri ?

Des produits frais travaillés chaque jour et livrés en un éclair, c’est un concept de restaurant virtuel auquel j’adhère complètement.

Aux Etats-Unis où j’ai passé les douze dernières années, les cultures du delivery et du to go sont nettement plus présentes. On trouve de tout: de l’indien, du burger mais aussi des étoilés Michelin.
Pouvoir proposer chaque soir des plats différents livrés à vélo est un beau projet auquel je suis ravi de contribuer !

Comment trouves-tu l’inspiration pour tes nouveaux plats ?

Cela peut venir n’importe où – en passant devant un fast food, dans un magasin bio, en discutant avec le marchand de journaux. Ensuite les idées fourmillent, ça donne envie de tester de nouvelles associations. Imaginer telle graîne avec un légume qu’on n’a pas forcément cuisiné récemment.

Cette création se fait aussi en équipe. On discute des nouveaux plats pour aboutir à une recette finale élaborée.

Et au niveau du contact avec les clients ?

C’est peut-être un peu moins évident que dans un restaurant où le retour de la salle est direct. Mais chaque jour, vous nous partagez vos coups de coeur, vos envies avec les nouvelles technologies. Au final, le client FoodChéri est tout aussi proche des cuisines.

Ceviche de thon
Une des dernières créations du chef Sébastien pour FoodChéri : Ceviche de thon, nouilles croquantes et ratatouille.

FoodChéri réalise sa première levée de fonds

FoodChéri est né il y a quelques mois d’une idée simple : aider les parisiens à ne plus avoir à choisir entre leur temps et leur alimentation.

Pour y arriver nous avons fait le pari d’intégrer toutes nos opérations : nous achetons des ingrédients frais que nos chefs travaillent chaque jour dans notre propre cuisine et nous gérons toute la logistique, que ce soit les livreurs à vélo (vos serveurs) ou la technologie et les algorithmes qui rendent tout cela possible.
Parce-que nous voulons faire simple, mais faire bien, notre carte est courte et renouvelée quotidiennement.

Enfin, pour en faire une habitude du quotidien, nous avons dès le début misé sur un prix imbattable en soirée : moins de 10€ le plat, livré en moins de 20 minutes.

Chez FoodChéri, nous rêvons de bâtir un nouveau modèle de restauration adapté à votre style de vie et de pouvoir vous servir, à terme, plusieurs milliers de bons plats frais chaque jour ! C’est un vrai défi que sommes déterminés à relever.

Pour y parvenir, nous sommes très heureux d’annoncer que FoodChéri réalise aujourd’hui sa première levée de fonds.

Nos investisseurs, parmi lesquels Breega Capital, Jacques Veyrat, la famille Paluel-Marmont, Geoffroy de Becdelièvre et Anthony Ravau, sont des entrepreneurs d’exception qui ont vu en FoodChéri, un service qui les a convaincus en tant que clients.
Leur confiance nous donne aujourd’hui des ailes pour aller plus loin et plus vite.

Grâce à ce tour de table, nous allons renforcer ce qui rend notre service différent : la qualité des plats, le plaisir de l’expérience et la rapidité de livraison. Pour cela nous allons travailler d’arrache-pied pour développer notre infrastructure de production et de livraison, et recruter de nouveaux talents en cuisine, en marketing et en technologie.

Notre mission est de vous simplifier vos repas. Si vous voulez nous rejoindre pour nous y aider, c’est ici : jobs@foodcheri.com

Voir le communiqué de presse.