Anti-gaspi chez FoodChéri

Posted onCategoriesLifestyle

Je vous l’avais dit Camille est pleine de ressources. Après « La petite histoire de compost », elle nous raconte aujourd’hui sa lutte contre le gaspillage. Nous travaillons depuis plusieurs mois avec Too good to go et Optimiam pour sauver nos quelques invendus des poubelles ! Elle nous en dit plus …

IMG_2317

Amandine : Après la gestion de nos déchets verts en les mettant au compost, tu t’es donc intéressée à la question du gaspillage alimentaire ?

Camille : Chez FoodChéri, nous nous préoccupons de notre impact environnemental et souhaitons gérer nos déchets de façon responsable. Nous avons donc réfléchi à une solution pour éviter que nos quelques invendus terminent dans la poubelle.

A : Parle nous un peu plus de l’ampleur de ce gaspillage

C : Déjà à la simple échelle d’une maison, le gaspillage alimentaire est important. On estime à plus de 5 millions de tonnes la nourriture jetée par les foyers par an en France. En restauration, il est encore plus difficile de gérer ce gaspillage, puisqu’il s’agit de prévoir constamment la production en fonction de la demande, et celle-ci varie selon beaucoup de critères ! Il arrive donc régulièrement que les restaurateurs se retrouvent avec des invendus, et bien souvent toute cette nourriture termine à la poubelle.

A : Quel est l’impact de ce gaspillage ?

C : Ce gaspillage est une véritable catastrophe à la fois économique et écologique, puisqu’il a fallu de l’énergie, de l’eau, et des transports pour produire cette nourriture, et il en faudra pour traiter les déchets alimentaires. Gaspiller un steak de bœuf reviendrait, en termes d’impact énergétique, à rouler en voiture pendant 50 km.

A : Too good to go et Optimiam c’est quoi ?

C : Ce sont deux plateformes en ligne qui s’associent aux restaurateurs pour proposer les plats arrivant à leur date limite de consommation à prix réduits aux clients.

A : Comment ça marche ?

C : C’est super simple ! Le client se rend sur la plateforme, choisit le restaurant et commande le plat. Il passe ensuite directement chez le commerçant (idéalement avec son sac, voire son propre récipient pour limiter l’utilisation d’emballage inutile), et récupère son repas.

A : Tout le monde est gagnant donc ?

C : Absolument, le restaurateur réduit ses pertes, le consommateur découvre de nouveaux restaurants à des prix attractifs, et la planète se porte mieux.

A : Parle moi de Sonia Ezgulian, notre chef d’un jour qui défend la cuisine responsable et raisonnée

C : FoodChéri s’associe le 8 mars avec Sonia Ezgulian en vous proposant un menu spécial à la carte. Sonia Ezgulian est une chef qui, comme tu l’as dit, défend la cuisine responsable et raisonnée. Elle a une cuisine très audacieuse. Dans son ouvrage « Anti-Gaspi », qui sort le 5 avril prochain chez Flammarion, elle nous donne des astuces pour cuisiner avec les aliments que l’on jette d’habitude, et nous apprend à accommoder les restes pour faire de ces fins de plats tristounets de vrais régals. Vous pouvez donc retrouver à la carte le Menu Spécial Sonia Ezgulian.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *