Tiger bowl : agriculture responsable

Mais qu’est-ce qu’une agriculture responsable ?

Posted onCategoriesInside

Banane, chou rouge, citron jaune… Une partie des fruits et légumes utilisés dans notre cuisine est issue de l’agriculture biologique, et répond donc à un cahier des charges strict, qui limite l’impact de leur production sur l’environnement et permet de proposer des produits sans résidus de produits phytosanitaires, dangereux pour notre santé. On travaille beaucoup sur notre approvisionnement pour que la proportion de bio soit toujours plus grande. Mais pour le reste, hors de question de vous servir n’importe quoi.

Aujourd’hui, on utilise des produits issus de l’agriculture dite “durable”… Un mot qui peut sembler un peu fourre-tout… Mais qui permet d’avoir un approvisionnement de qualité à un prix maîtrisé. Voici comment on conçoit l’agriculture responsable (ou durable).

Un approvisionnement local

On vous en parlait il y a quelques jours : pour des raisons écologiques, économiques, humaines, on préfère miser sur des produits régionaux, cultivés main dans la main avec les producteurs pour leur assurer des revenus décents sur le long terme. On estime qu’aujourd’hui, 20% des agriculteurs sont en transition vers le bio. Les soutenir dans ce changement de cap, avant qu’ils soient labellisés, est aussi un moyen de les conforter dans l’idée que l’agriculture de demain sera vertueuse.

Pourquoi mise-t-on sur des partenaires locaux ?

Un choix pour la santé

Une agriculture durable utilise moins d’intrants chimiques et moins de pesticides. Salutaire, quand on sait leurs possibles conséquences sur la santé… Ou pire, qu’on les ignore encore ! Pour rappel, le glyphosate de Monsanto a été classé comme « cancérogène probable pour l’homme » par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), qui dépend de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Un cas emblématique et médiatique, révélateurs des dangers d’autres produits phytosanitaires moins connus.

Des pratiques respectueuses de la Terre et des sols

L’agriculture intensive peut aussi être labellisée AB ! La monoculture (le fait de produire une seule variété à la fois), même en bio, n’est pas une solution et appauvrit les sols. Choisir de travailler avec des agriculteurs qui valorisent la biodiversité, ne labourent plus leurs sols (ou alors moins profonds), ont recours à des cultures dites de couvert, qui nourrissent et structurent les sols, voici quelques exemples de techniques culturales qui vont dans le bon sens, c’est un de nos engagements pour la planète. Idem du côté des ressources naturelles : l’agriculture responsable se fait sans gâchis d’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *