FoodChéri lance Seazon pour une livraison partout en France

Nous avons lancé FoodChéri il y a 3 ans, quasiment jour pour jour, avec une mission : faciliter l’accès à une alimentation saine et durable. Aujourd’hui, nous sommes heureux d’annoncer le lancement de Seazon, un service inédit complémentaire à FoodChéri. Seazon, c’est un abonnement flexible, sans engagement, pour recevoir chaque semaine vos repas fait maison partout en France. Les plats sont livrés avec notre partenaire Chronofresh, dans un respect absolu de la chaîne du froid.

Nous avons mis beaucoup d’énergie ces derniers mois pour créer un nouveau service pratique, unique en France, simple à utiliser et cohérent avec notre envie de démocratiser le bien-manger. Nos engagements en matière d’approvisionnement ne changent pas. La rigueur avec laquelle nous sélectionnons nos ingrédients, l’importance des alternatives végétariennes et vegan sont les mêmes.

Amis de FoodChéri, nous avons désormais besoin de vous ! Nous avons tous des proches qui ont toujours une pizza au congélateur, des parents qui cherchent des alternatives aux surgelés ou des collègues qui n’ont pas toujours le temps de cuisiner. C’est pour celles et ceux qui veulent commander FoodChéri hors de nos zones de livraison actuelles, au bureau ou à la maison, que nous avons imaginé Seazon. Et c’est aussi pour les Parisiens qui préfèrent anticiper pour ne plus se poser de question. Avec Seazon, vous vous faites livrer une fois par semaine, et finie l’angoisse du frigo vide. Passez-leur le mot et donnez-leur le code FUTUR pour bénéficier de -20% sur la première semaine d’abonnement sur le site de Seazon.

Que ce soit avec Seazon ou FoodChéri, nous voulons permettre à TOUS les Français de manger mieux, simplement, et au meilleur prix, toute la semaine.

Patrick
CEO de FoodChéri

Mais qu’est-ce qu’une agriculture responsable ?

Banane, chou rouge, citron jaune… Une partie des fruits et légumes utilisés dans notre cuisine est issue de l’agriculture biologique, et répond donc à un cahier des charges strict, qui limite l’impact de leur production sur l’environnement et permet de proposer des produits sans résidus de produits phytosanitaires, dangereux pour notre santé. On travaille beaucoup sur notre approvisionnement pour que la proportion de bio soit toujours plus grande. Mais pour le reste, hors de question de vous servir n’importe quoi.

Aujourd’hui, on utilise des produits issus de l’agriculture dite “durable”… Un mot qui peut sembler un peu fourre-tout… Mais qui permet d’avoir un approvisionnement de qualité à un prix maîtrisé. Voici comment on conçoit l’agriculture responsable (ou durable).

Un approvisionnement local

On vous en parlait il y a quelques jours : pour des raisons écologiques, économiques, humaines, on préfère miser sur des produits régionaux, cultivés main dans la main avec les producteurs pour leur assurer des revenus décents sur le long terme. On estime qu’aujourd’hui, 20% des agriculteurs sont en transition vers le bio. Les soutenir dans ce changement de cap, avant qu’ils soient labellisés, est aussi un moyen de les conforter dans l’idée que l’agriculture de demain sera vertueuse.

Pourquoi mise-t-on sur des partenaires locaux ?

Un choix pour la santé

Une agriculture durable utilise moins d’intrants chimiques et moins de pesticides. Salutaire, quand on sait leurs possibles conséquences sur la santé… Ou pire, qu’on les ignore encore ! Pour rappel, le glyphosate de Monsanto a été classé comme « cancérogène probable pour l’homme » par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), qui dépend de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Un cas emblématique et médiatique, révélateurs des dangers d’autres produits phytosanitaires moins connus.

Des pratiques respectueuses de la Terre et des sols

L’agriculture intensive peut aussi être labellisée AB ! La monoculture (le fait de produire une seule variété à la fois), même en bio, n’est pas une solution et appauvrit les sols. Choisir de travailler avec des agriculteurs qui valorisent la biodiversité, ne labourent plus leurs sols (ou alors moins profonds), ont recours à des cultures dites de couvert, qui nourrissent et structurent les sols, voici quelques exemples de techniques culturales qui vont dans le bon sens, c’est un de nos engagements pour la planète. Idem du côté des ressources naturelles : l’agriculture responsable se fait sans gâchis d’eau.

Pourquoi miser sur un approvisionnement local ?

Posted onCategoriesInside1 Comment

Du local, du local, toujours du local. Aurélia (notre sourceuse en chef, celle qui déniche les meilleurs producteurs au prix le plus juste) et Caroline (notre chef R&D, elle élabore chaque semaine des recettes à tomber) en ont fait leur cheval de bataille. Les champignons de Christophe ou les pommes de terre de Matthieu sont délicieux, cultivés dans le respect de la terre et de façon artisanale, mais surtout : ils sont LOCAUX.

Mais pourquoi ce choix nous importe tant ?

Pour encourager l’économie locale
C’est l’économiste Michael Shuman qui parle d’entreprises “pollinisatrices”. “J’appelle cette nouvelle génération d’entreprises les pollinisatrices du développement économique. Dans la nature, les pollinisateurs comme les abeilles, les papillons ou les chauves-souris transportent le pollen d’une plante à une autre et savent instinctivement que le brassage des pollens nourrit l’ensemble de l’écosystème. Les entreprises pollinisatrices travaillent de la même façon et transportent les meilleures pratiques d’une entreprise locale à une autre, nourrissant ainsi l’ensemble des entreprises locales et créant un écosystème entrepreneurial riche.” On adore cette idée de créer de la valeur au niveau local pour redonner du sens au territoire.

Pour minimiser notre empreinte carbone
On l’indique sur la fiche de nos plats, par souci de transparence et parce qu’on pense que c’est important de connaître l’impact écologique de son assiette. Des matières premières locales, c’est un trajet plus court pour arriver du champ à notre cuisine… Moins de carburant utilisé, donc. Pour nous, c’est une façon simple de faire mieux.

Pour utiliser des produits de saison
Si on voulait mettre à la carte des asperges en hiver (drôle d’idée, on en convient), il faudrait les importer d’un pays où la température hivernale correspond à nos températures printanières… Pas glop. En misant sur le local, on ne travaille que des produits de saison. Reste la problématique des fruits exotiques : mangue, avocat… On y travaille : Aurélia a déniché un producteur de kiwi dans la Drôme. C’est à quelques centaines de kilomètres de Paris : mieux que les importer de Nouvelle-Zélande !

Pour la dimension humaine
Difficile d’aller à la rencontre de nos producteurs lorsque ceux-ci sont au bout du monde. S’ils sont dans un rayon proche de chez nous, on peut les rencontrer régulièrement, développer des liens avec eux, vous montrer les coulisses de leurs travail lors de nos opés “producteurs chéris”. Quand on discute avec nos agriculteurs, on réalise que ce lien est primordial dans un métier souvent difficile, parfois solitaire.

Envie d’en lire plus sur le sujet ?
Un rapport du cabinet Utopies sur l’importance de l’économie locale
Un outil pour mesurer l’empreinte carbone de son assiette
Un article du mouvement Colibris sur l’alimentation locale et de saison

Deviens Coursier FoodChéri !

Livre nos délicieux plats frais

Découvre FoodChéri et le menu du jour !

Pourquoi devenir coursier ?

Chez FoodChéri, nous sommes convaincus que c’est facile de bien manger ! Il suffit de producteurs locaux, de cuisiniers passionnés et de coursiers chevronnés. Tous réunis pour livrer à domicile ou au bureau des plats frais, en moins de 30 min, aux quatre coins de Paris et alentours. En tant que coursier, tu seras le dernier visage de FoodChéri à souhaiter un bon appétit à nos clients. Plutôt cool pour un job, n’est-ce-pas ?
HORAIRES FLEXIBLES !
Tu es indépendant. Travaille quand tu le souhaites et fixe toi-même tes disponibilités.
NOS LOCAUX
Pour plus de flexibilité choisis 1 ou plusieurs locaux ! Nous couvrons Paris et sa proche banlieue au départ de nos 10 locaux.
BESOIN D'AIDE ?
Nous sommes là pour répondre à toutes vos questions. Nos bureaux vous sont ouverts !

Nos avantages

Tu as accès à des primes qui évoluent par pallier en fonction du nombre commandes livrées :
+ de tournées réalisées
+ de primes !

Ce dont tu as besoin pour commencer à rouler pour FoodChéri :

- Ton propre vélo ou scooter pour livrer nos délicieux plats,
- Un smartphone pour te laisser guider,
- Avoir au moins 18 ans,
- Avoir obtenu ton statut d’auto-entrepreneur.

Ils sont fiers d'être coursiers chez FoodChéri !

“Depuis que je suis coursier chez FoodChéri, j’arrive enfin à me garder du temps pour travailler sur des projets persos.”
- Max, 31 ans, photographe
“Etre coursier me permet de gagner un peu d’argent de poche, quand je le souhaites. Pratique entre deux exams !"
- Lucas, 22 ans, étudiant en droit
“Coursier est le seul métier qui me permette de faire du sport au grand air !"
- Medhi, 25 ans, coursier à temps plein

La bonne nouvelle du début d’année.

Chez FoodChéri, on a commencé l’année avec une très bonne nouvelle : cest avec beaucoup de fierté et d’enthousiasme qu’on vous annonce que Sodexo prend une participation majoritaire dans FoodChéri. Pour nous, ça ouvre beaucoup de perspectives, comme la création d’une nouvelle cuisine en Île-de-France et la possibilité de livrer toujours plus de plats de qualité à nos clients, les fidèles d’hier et ceux de demain.

Pour vous, ça ne change rien, puisque nous accorderons toujours autant d’importance à la provenance de nos produits (locaux et de saison, bios ou issus de l’agriculture raisonnée, Label Rouge pour les viandes et pêche durable pour les poissons) et au soin que nous apportons à vos commandes… Si nous livrons pas encore votre coin, la seule évolution possible est une arrivée prochaine dans votre quartier !

Plus que jamais, on souhaite vous faire manger mieux et défendre notre vision, celle d’une cuisine engagée et gourmande, qui traite la planète comme elle mérite : avec respect et humilité.

Patrick, Julia et David

Pour en lire plus sur le sujet :

Sodexo acquires majority stake in French online restaurant FoodChéri – TechCrunch
Sodexo s’offre FoodChéri, une pépite de la foodtech française – Les Echos
FoodTech : Sodexo prend la majorité de FoodChéri – La Tribune
Avec FoodChéri, Sodexo se lance dans la livraison de repas à domicile – Le Figaro
Racheté par Sodexo, FoodChéri peut (enfin) voir plus grand – Maddyness