Les conditions de travail des livreurs FoodChéri.

Nos actus. 1 juin 2020

author:

Les conditions de travail des livreurs FoodChéri.

Chez FoodChéri, nous livrons nos plats frais du lundi au vendredi, à l’heure du déjeuner, dans tout Paris et sa petite couronne, à Lyon, Lille et Bordeaux.

Des questions légitimes peuvent se poser sur les conditions de travail de nos livreurs. Nous souhaitons donc apporter des réponses claires aux questions posées, dans un souci de transparence et afin d’éviter toute confusion sur ces sujets. Nous assumons nos choix d’entreprise et souhaitons donc les exposer ici.

Les points majeurs à savoir :

  • Notre flotte de livraison est composée d’auto-entrepreneurs et de sociétés prestataires de livraison (comme par exemple Dromy à Paris ou Fends la Bise à Lyon).
  • Nos livreurs facturent leurs prestations au temps travaillé durant le service (ou “shift”). 
  • Nous ne pratiquons pas de “traçage” intrusif des livreurs, le temps de livraison est mis à jour en temps réel pour nos clients sur le site.
  • Pas de surenchère sur les délais de livraison ni de course contre la montre. Nous sommes sur de la précommande sur créneau fixe de 30, 45 ou 60 minutes (en fonction de la distance à parcourir).

Composition de la flotte de livreurs et statut auto-entrepreneurs

  • Nous considérons nos livreurs auto-entrepreneurs comme de vrais auto-entrepreneurs. Ainsi, ils n’ont aucune obligation d’exclusivité à respecter et n’ont pas d’obligation à porter de vêtements à nos couleurs.
  • Nos livreurs travaillent pour plusieurs plateformes et nous ne représentons qu’une part de leur revenu.
  • Nous n’avons pas d’auto-entrepreneurs mineurs. Leur carte d’identité est demandée au moment de l’inscription. Les livreurs, démarrent leur tournée dans l’un de nos hubs, géré par un de nos managers, nous pouvons donc le vérifier de visu chaque jour.
  • Certains salariés FoodChéri, ont commencé chez nous comme livreurs auto-entrepreneurs et ont évolué vers d’autre jobs en CDI en tant que managers de hubs, dispatcher au siège, responsable d’expansion, responsable d’entrepôt… L’un d’eux, livreur pendant ses études, est aujourd’hui data scientist dans notre équipe tech, un autre est responsable produit digital. Quand nous pouvons faire évoluer nos équipes, quel que soit leur statut (auto-entrepreneur, freelance ou salarié), nous sommes heureux de le faire.

Rétribution des auto- entrepreneurs

Nous avons toujours estimé, depuis notre création en 2015, que nos livreurs n’avaient pas à subir les fluctuations du nombre de commandes sur notre site. S’ils décident de s’inscrire sur des créneaux de livraison (“shift”), ils doivent être payés de façon juste, qu’ils aient livré des commandes ou non. Peu, voire aucune, plateforme de livraison de food ne procède ainsi et ça n’a d’ailleurs pas toujours été facile à expliquer à nos investisseurs et actionnaires.

  • Nos livreurs ne sont jamais payés à la commande mais au shift d’une durée moyenne de 3 heures.
  • Nous ne fonctionnons pas avec le système de minimum garanti ou de tarification par course : si un auto-entrepreneur dispose d’un shift de 3h mais qu’il n’y a pas de commande à livrer pendant ce shift, nous lui payons tout de même la totalité des 3h. Nos livreurs, même s’ils ne livrent aucune commande, seront toujours payés de façon juste.
  • Des bonus s’ajoutent au forfait de base, au-delà d’un seuil de commandes livrées, qui viennent récompenser une forme de fidélité de nos livreurs. Les livreurs qui connaissent déjà notre système, ou qui livrent toujours dans la même zone sont évidemment plus efficaces. Nous avons donc intérêt à assurer une certaine stabilité de notre flotte. 
  • Nous ne nous engageons pas sur des délais de livraison précis auprès du client, qui engendreraient une pression trop forte sur les livreurs.