LA DER’ DE L’ANNÉE

les deux cuisiniers

Il y a maintenant plus d’un an, notre équipe a été ébranlée par un coup dur : l’incendie de notre nouvelle cuisine, à Montreuil. Inexploitable, nous ne savions pas si notre activité pourrait reprendre. Un événement difficile à surmonter pour une start-up qui venait de souffler sa première bougie. À l’époque, nous avions reçu un soutien sans faille de la part de nos collaborateurs et partenaires. La mobilisation de chacun nous a permis de reprendre nos activités rapidement.

Cet épisode, très dur à court terme, nous a donné une énorme envie de nous dépasser et de franchir de nouveaux caps : une carte plus large, des options végétariennes, l’ouverture du brunch et surtout des partenariats avec des producteurs et un approvisionnement basé sur l’agriculture biologique et raisonnée.

cuisine-02-08-3

Une année se clôt cet après-midi. Oui, nous sommes un peu comme des enfants et nous regardons plutôt les années scolaires que les années civiles en attendant l’heure où l’on pourra faire la crêpe ou s’armer de notre sac de rando, ouvrir les huîtres, flâner sur les marchés, tenter d’allumer le barbecue, faire durer l’apéro et le commencer tôt. Cette année donc, notre équipe s’est enrichie de 34 visages passant de 38 à 72 salariés. 72 personnalités uniques, des dénicheurs de bons produits, des cordons bleus, des geeks, des amoureux des cordons bleus (maison bien sûr 😉 ), des experts de la logistique, des superwomen et supermen de la relation client qui ont compris que 1) le client a toujours raison. 2) Le client n’a parfois pas raison mais il ne paie jamais pour qu’on le lui dise.

Notre carte s’est étoffée pour répondre à tous les estomacs et à toutes les envies. Un énorme travail sur nos approvisionnements a été effectué par 3 drôles de dames. L’objectif ? Dénicher des producteurs de caractère, se passer des intermédiaires pour assurer traçabilité et transparence mais aussi un prix plus équitable pour les véritables créateurs de richesse. Ce travail nous permet aujourd’hui de proposer des produits issus de l’agriculture biologique ou raisonnée. Dans le même temps, nous avons pris le parti de nous mettre à nu et d’afficher les informations nutritionnelles et environnementales sur chacune de nos fiches produits.

cuisine-02-08-6

Nous avons la tête pleine d’idées et de projets. Nous en sommes certains, un bout de notre futur se joue dans nos assiettes. Et on tient le bon bout 😉

Nous partons recharger nos batteries pour vous retrouver dans votre assiette le lundi 21 août.

Lime Coco Fish Bowl à la truite fraîche des Pyrénées

le header bowl truite le vrai

Pour vous, nous avons demandé à Terroir Mon Amour, deux passionnées des richesses de notre terroir, de nous dénicher un produit d’exception pour vous offrir un voyage dans notre nouveau bowl. Notre Lime-Coco Fish Bowl est garni de quinoa bio, de chou rouge, de riz noir bio, de concombre et d’épinards bio. Le tout assaisonné d’une sauce à base de lait de coco et de jus de citron vert bio.

Vignette_pavé_truite_4

Dans notre Lime-Coco Fish Bowl, vous trouverez donc de la truite fraîche de la ferme aquacole de Lau-Balagnas, dans les Pyrénées, élevée dans de grands espaces et sans intrants chimiques par la famille Pomarez-Mathis.

Franck au travail

Nourri sans farines animales, ce poisson des hauteurs est réputé pour sa chair ferme qu’il doit à l’eau pure et fraîche dans laquelle il vit. .

la truite de la nl

Terroir Mon amour, c’est l’histoire de Juliette et Camille, dénicheuses de producteurs passionnés qui recherchent, sans relâche, les produits des meilleurs éleveurs, maraîchers, pêcheurs, fromagers français, pour les particuliers et les professionnels de la gastronomie. Elle permet aux petits producteurs de livrer leurs produits dans toute la France en moins de 24h en circuit court.

FoodChéri se met à nu

 

le header de lundi

Si vous n’étiez pas sur votre serviette de plage la semaine dernière, vous avez certainement observé une nouveauté sur notre site. Vous avez été nombreux, depuis le début de FoodChéri, à nous demander les informations nutritionnelles sur nos plats, c’est désormais fait ! Les descriptifs de nos plats sont désormais dotés d’informations nutritionnelles sur nos plats et d’infos sur nos produits, en termes de sourcing et d’empreinte carbone.
En plus, vous verrez le pourcentage d’ingrédients labellisés et français, la proportion d’ingrédients sourcés en circuit court (en direct des producteurs).

Un grand merci à Étiquettable, logiciel innovant qui nous permet de calculer l’impact de notre alimentation sur la planète.

EN JUILLET, C’EST CINÉ

visu blog et linkedin

FoodChéri s’associe à Fnac Play pour colorer vos soirées télé.
Tous les jours jusqu’au 31 juillet, régalez-vous en profitant d’un film offert pour chaque repas acheté. Faites votre choix et regardez-le à volonté !
L’accès au catalogue vous sera envoyé à réception de chacune de vos commandes.Il vous suffit de veiller à faire votre choix avant le soir. Vous avez la journée pour le télécharger et la vie pour le regarder…

Pour aujourd’hui, on vous suggère un bon plat de Casarecce IGP au pesto de roquette et haricots verts. Ces pâtes siciliennes vous mettront directement dans l’ambiance pour regarder Les Affranchis à la casa.

salade-nicoise-5

LA SALADE NIÇOISE

S’il y a des puristes dans tous les domaines, c’est certainement en gastronomie qu’ils excellent. On garde en mémoire le carbonara gate lancé l’année dernière en Italie
et le guacamole gate, déclenché aux États-Unis par Obama himself.

En France, nous avons aussi nos sujets sensibles : brandade de morue, cassoulet, bouillabaisse, gratin dauphinois, quiche lorraine. Pommes de terre ou pas ? Crème fraîche ? Ô grand jamais.
Le gruyère ? c’est péché. Mais pourquoi tant de haine ?

En voilà une qui déchaîne les passions depuis la nuit des temps (ou presque) : la salade niçoise.
Telle une légende urbaine que chacun déguste à sa sauce en y ajoutant son grain de sel,
la salade niçoise a évolué depuis sa création.

Comme une grande majorité des plats phares de tous les pays, la niçoise est, à l’origine, « un plat du pauvre ». Au XVIIe siècle, lorsque la pêche n’est pas bonne, le pêcheur niçois,
qui ne peut rapporter que quelques anchois, coupe des tomates qu’il agrémente d’huile d’olive et de son butin. Et basta !

Au fil du temps, sont venus s’ajouter de nombreux ingrédients pour apporter
saveurs et couleurs : artichaut, radis, cébette, poivron vert, fève, œuf dur, olives de Nice, basilic, salade, ail, huile d’olive et anchois (ou thon, vous pouvez choisir,
c’est autorisé par les niçois, très sensibles sur le sujet).

Pour la nôtre, nous nous sommes basés sur ces classiques et avons transgressé les règles en ajoutant des concombres et du céleri ! Nos olives sont de Kalamata et nous avons choisi du thon, un super compagnon en cette saison.

Certains sont beaucoup plus téméraires (ou juste fous) et la déclinent à toutes les sauces : volaille, sardine ou encore tomate mozza’.
C’est un peu comme faire une bouillabaisse au saumon ou une pizza à l’ananas ????.

Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas, si vous souhaitez rester fidèles à la tradition, l’ultime sacrilège est d’y intégrer des pommes de terres ou des haricots verts !
Pas de légumes cuits dans cette salade belle tout crue !